Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 18:30
Objet trouvé, Suzanne Hetzel

Objet trouvé, Suzanne Hetzel

Prolongé d'un rien est le journal de bord d'une résidence de plus de deux années à l'Abeille, l'un des 15 Quartiers créatifs de la capitale européenne. L'ouvrage rend compte des joies et des difficultés d'un tel programme de recherche et de création artistiques, qui visait à "produire des objets ou des actions dont l’élaboration des formes est partagée avec les habitants. Lancé au cœur du mouvement de la rénovation urbaine, il doit pouvoir questionner, infléchir ou compléter le processus d’aménagement."

 

Nous – Martine Derain, Film flamme, Ex Nihilo, Suzanne Hetzel et Raphaëlle Paupert-Borne – avons fait de la cité un atelier permanent : là, entre le grand ordinaire et l'universel de la création, se sont révélées à nous des formes qui ne pouvaient s'imaginer ni se dessiner ailleurs. Formes préalables même à notre présence. Formes inscrites dans l’air de la cité, dans le geste de ses habitants, dans la structure de ses bâtiments, l’écorce de ses arbres. Formes que nous avons prolongées d’un rien, un trait de crayon, un mouvement de caméra, le déclenchement d’un appareil photo… En cinéma, c'est le choix de la fiction ou du ciné-poème qui s’est imposé et nous a permis de rencontrer les habitants sur une terre commune : celle de la création, de nos infinies folies douces… En danse, c'est l'élan d'un premier mouvement, avec les enfants de l'école ou les dames et messieurs de la cité voisine. Avec Suzanne Hetzel, un patient travail d'écoute des histoires intimes où bruisse la grande histoire collective et avec Raphaëlle Paupert-Borne, des peintures de voyage… Quant à moi, je raconte une fable qui nous emmène de Casablanca au Pérou en explorant l'un des bâtiments de la cité, hélas promis à démolition : un petit immeuble de l'équipe Candilis/Josic/Woods, dont certaines réalisations sont ailleurs classées au Patrimoine du XXe siècle… Traces, documents, matières mêmes des créations, c'est encore un assemblage, esthétique du "fatras", pour dire toute la richesse du divers.

 

Ce carnet de voyage est une invitation à suivre les lignes que nous avons tracées pendant ces deux années : les lignes de la danse, du chant, du dessin et des récits, lignes que nous continuerons de dessiner en 2014. Le dispositif Quartiers créatifs a permis un espace de liberté : point de voir privilégié sur les désastres de notre temps, il l’est plus encore sur la richesse de ce qui est déjà là et sur la puissance de la création collective.

 

Martine Derain

 

Textes : Martine Derain, Jean-François Neplaz, Marianne Dautrey et Suzanne Hetzel. Photographies : Martine Derain, Suzanne Hetzel, Mohamed Boucherit, Marika Ayadi, Anne Le Batard, Film flamme. Dessins et peintures : Raphaëlle Paupert-Borne ; 528 pages quadri, 244 illustrations couleurs, 20 noir et blanc, cousu/collé / Prix 25 € / ISBN 979-10-912248-03-7

 

> Le livre est disponible sur commande aux éditions commune, en librairie à Marseille et à La Ciotat [librairie Au Poivre d'Ane, 46 quai François Mitterrand - 13600 La Ciotat - 04 42 71 96 93]

   

 Les créations

 

Atelier collectif Film flamme / cinéma

 

• Imago Mundi, de Sara Millot, 30'

L'image du monde, c'est ainsi que s'intitule un traité du début du XVe siècle, où se mêlent des textes théologiques et antiques, des poèmes et récits d'Orient et des cartographies imaginaires de notre galaxie. Une cosmogonie qui n'est en rien étrangère à la manière dont ce film se pense et se fabrique aujourd'hui. Nous sommes au XXIe siècle, dans une cité populaire de la Ciotat, à l'ombre des barres d'immeubles, sur une esplanade battue par les vents. Ici se croisent des visages, des gestes, des paroles. Ici se dansent des histoires singulières. Ici résonne aussi la poésie.

 

Avec Rihm, Hadjar, Sarah, Mathieu, Djibril, Selma, Cassandra, Carla, Josiane, Evelyne, Marie, Michele, Angèle, Barthélémy, Alex, Nasser, Rémi, Andréa, Léana, Manon, Clara, Kim, Jenny, Maëly, Léa, Sylvie, Werley, Omar, Sony, Nico, Ryan, Sandrine, Patricia, François, Djenaba, Inaya, Paul, Daniel, Gaby, Liborio, Yolande, Carmelo, Gérard, Amady, Valentine, Sabrina, Bélinda, Maéva…

 

ImagoMundi3.jpg

ImagoMundi4.jpg

MarieJuliette©Derain

 

• Une comédie antique, de Raphaëlle Paupert-Borne, 60'

Cité de l'Abeille à La Ciotat. Parce qu'elle est inconsolable, Déméter erre à la recherche de sa fille Perséphone. Éternellement les dieux olympiens festoient et se baignent, Perséphone ne cesse d'être enlevée et les jeunes filles s'enfuient. Zeus construit les correspondances du temps. A chaque carrefour, des directions se dessinent, des humains se rencontrent, une pensée erratique se construit pour une consolation.

 

Avec Brigitte Manoukian, Giuseppe Secci, Frédéric Valabrègue, Angèle et Barthélémy Baroco, Mario Demuru, Antonella Porcelluzi, Marika Ayadi, Laszlo Gourbeix-Millot, Inès et Sophia Ayadi et leurs amies Laura et Anna, Adrienne Laube, Alexandre Maitre, Angélique et son cheval, les joueurs de billard du CNC, les propriétaires et employés de La poterie du Soleil et de la Jardinerie du Moulin, Ryan, Miloud Brinis, les jeunes de l’Abeille, Jérôme le gardien du parking Vinci et tous les artistes du Quartier créatif…  

 

M.Secci-Zeus-Déméter©Derain

mario_DemetercDerain.jpgPoteriediSoleil2-DemetercDerain.jpg

DemetercMarikaAyadi.jpgmiloud-ryan_DemetercDerain.jpgHomere_Demeter.jpgangel mario-Déméter©DerainZeus&Déméter©Derain

 

• La guerre qui vient, de Stéphane Manzone, 30'

Dans un futur proche, le quartier de l’Abeille est tenu sous haute surveillance. Des danseurs et des musiciens investissent la cité tandis que deux habitants, Sophien et Alpha, 30 et 40 ans, y diffusent des revendications politiques via leur radio pirate. Ces derniers sont alors pris en chasse par la milice locale avant que ne coule le premier sang de cette guerre qui vient...

 

Avec Sophien Hamdi, Julien Gourbeix, Tahar Saïdouni, Corinne Pontana, Antonella Porcelluzzi, Jean-Marie Gilson, Daniel Lefevre et les membres de la Joyeuse Boule, les habitant de la Cité de l'Abeille et les artistes du Quartier créatif. Musique Michel Kania  

 

LGQV_SophienHamdi_JulienGourbeix7.jpgLGQV_JulienGourbeix.jpgLGQV_SophienHamdicDerain.jpgLGQV_SophienHamdi2cDerain.jpgLGQV_CorinnePontana_SophienHamdi.jpg

 

• De loin en loin… de Martine Derain et Jean-François Neplaz, 35'

Le film est une fable, écrite par Martine Derain depuis la cité. Au fil et autour de sa narration, d’autres histoires s’entrecroisent : récits des habitants ou interventions des artistes qu’elle a invité à l’Abeille. L'histoire prend sa source d’un immeuble promis à démolition dans le cadre du plan de rénovation de l'Abeille, une « Opération Million » de l'équipe Candilis/Josic/Woods dont l'origine se trouve à Casablanca. Le film pose en exergue l’apport de l'expérience marocaine, qui affronte la question du logement du plus grand nombre, et suggère la possible transmission d’une histoire populaire et ouvrière.

 

Avec Smaïl Bouanani, Hassan Darsi, Martine Derain, Fateh Mezlef, Bénédicte Chaljub, Denise Païka, Gilberte Mannu, Raphaëlle-Paupert-Borne, Brigitte Manoukian, Adrienne Laube, Giuseppe Secci… Lieux de tournage Carrières Centrales à Casablanca ; Cité de l'Abeille à La Ciotat ; Institut Français d'Architecture à Paris / Remerciements particuliers à Takis Candilis, Bénédicte Chaljub, Hassan Darsi et à l'IFA  

 

imageAbeille-Casa-copie-1.jpg

 

• Si elle tomber, de Jean-François Neplaz, 36'

Nous dansons parmi les ruines en métamorphose et des mémoires magnétiques, spectrales.

Les reliefs de l'industrie lourde (du Chantier Naval de la Ciotat -– CNC) suintent des murs de briques en pixels éphémères. Des voix, lointaines et déchirées d'ouvriers devenus occupants désœuvrés, corps libres à penser, s'abandonnent au regard.

« Si elle tomber, dit-elle, ce n'est pas une faute... »

« Si elle tomber... » est extrait d'une part des archives (vidéo) d'ouvriers « occupant » le Chantier Naval de La Ciotat un 24 décembre 1991 pour lutter contre la fermeture et d'autre part d'images (et sons) de la compagnie de danse contemporaine Ex Nihilo, répétant une création dans la Cité de l'Abeille (cité ouvrière appartenant aux chantiers) puis dansant sur le site même de l'ancien chantier...

Là des spectateurs. 

 

IfSheFall2.jpgIfSheFall1.jpg

 

 

• Tremblement, de Yann Vu, 19' / Musique originale Joël Prévost

Tremblement c'est comme un écho des histoires du passé ou l'on entend encore le souffle des âmes nous conter le réel… chuchotant dans un langage connu ou inconnu peu importe, écoutez seulement le souffle du vent. Ecoutez sans voir et regardez sans entendre… 

 

tremblement.jpg

 


• Tatlin, de Aaron Nikolaus Sievers, 10'

Le Monument à la 3e Internationale de Vladimir Tatline n'a jamais été réalisé. Cette architecture devait être à la fois une tour, exhibant ses éléments constructifs et une double spirale exprimant le mouvement dialectique de la pensée. Dans la cité de l'Abeille, Livario, un acien ouvrier du Chantier Naval projette d'utiliser les traverses de l'ancienne voie ferrée pour construire lui aussi un monument aux ouvriers du CNC, un monument pour offrir un point de vue qui dépasse les toits de la cité… Livario et Tatline, "de la confrérie des attrapeurs de soleil", écrivait Khlebnikov…

 

tatlin1-copie-3.jpg

 


La danse, compagnie Ex Nihilo

La compagnie a initié en 2009 un processus au long cours, Apparemment, ce qui ne se voit pas. Le plus «petit» des territoires de la compagnie, le corps du danseur, part à la rencontre de lieux à Marseille puis Copenhague, Casablanca, Tunis, Séoul, Le Caire… et l’Abeille ! La collecte d’images et de sons constitue un matériau à partir duquel, à la manière d’un travail pictural, différentes formes de restitution sont créées : installations, performances… Elles prennent le titre de Détail, en référence aux détails des fresques des peintres de la Renaissance. A l’Abeille, pour ce Détail#5, les danseurs seront rejoints, peut-être par les enfants du quartier, danseurs de De traits de craie créé à l’école de l’Abeille en 2012 ou par ces messieurs-dames du club des Hirondelles de Fardeloup, complices des Trajets de vie joués en avril dernier. 

 

Avec  Anne Le Batard, Jean-Antoine Bigot, Corinne Pontana, Rolando Rocha, les Hirondelles de Fardeloup et des enfants de l’école primaire Musique Pascal Ferrari / Vous pouvez voir sur viméo/derain ou sur le site de MP13 des extraits de De traits de craie (créée en décembre 2012 et jouée à Klap et au J1 en mai dernier) et des représentations de Trajets de vie (jouées les 12 et 13 avril à La Ciotat) 

 

EXN1.jpgEXN2.jpgEXN4.jpgEXN3.jpgExNihilo1.jpgJA-AnnieTrajets_de_vieExNihilo3cMarikaAyadi.jpgTrajets_de_vieExNihilo4cMarikaAyadi.jpgTrajets_de_vieExNihilo11cDerain.jpgTrajets_de_vieExNihilo9cMarikaAyadi.jpgTrajets_de_vieExNihilo10cMarikaAyadi.jpg

 


Raphaëlle Paupert-Borne, dessin, peinture et cinéma

Depuis mars 2012, je sillonne à partir de l’Abeille le territoire de La Ciotat à la recherche de modèles. Des liens se tissent, dans le train, le temps d’un dessin, d’une peinture. Dans un premier temps, j’ai dessiné la cité, ses immeubles, ses habitants, comme une voyageuse dans un pays lointain. La peinture s’est ensuite imposée, les passants, spectateurs modèles s’arrêtant pour poser, je travaille de grands formats sur place. Ma pratique se réalise en direct, sur le motif : terme utilisé au départ pour les Impressionnistes, c’est pour moi une manière douce et directe de rencontrer un territoire et ses habitants. Ce que j’ai mis en lumière et expérimenté là allie finalement peinture et cinéma : la chronique en super 8 de ma résidence de peintre est devenue maintenant une fiction où telle Déméter je parcours la terre. Mes rencontres se métamorphosent en séquences à la fois prosaïques et mythologiques, où le paysage d’aujourd’hui s’invente une antiquité.

 

cRPB.jpg

Brigitte, acrylique sur toile, 95x125cm, 2012

cRPB2.jpgcRPB6.jpgM.Secci_saloncRPB.jpg

 

Suzanne Hetzel, compositions photographiques

Je suis arrivée à l’Abeille avec le désir de rencontrer des personnes qui ont vécu toute l’histoire de la cité et qui ont pris part aux mouvements politiques, ouvriers ou tout simplement aux changements de notre société par le simple fait de vivre là. Il m’a semblé que ceux qui vivent dans la cité depuis longtemps pouvaient livrer – de récit en récit - une représentation de leur lieu de vie et de leur quotidien, qui ne négligeait ni la souffrance personnelle pour parler des événements politiques, ni les joies partagées pour évoquer le paysage somptueux autour de La Ciotat. Des photographies anciennes et des photographies nouvelles accompagnent ces paroles et proposent un regard sur ces histoires. C’est sous formes de notes – un chassé-croisé entre texte et image – que les récits d’habitant entendus à l’Abeille seront proposés. Récits qui parfois appellent des souvenirs, des réflexions ou des images d’ailleurs. Pour l’exposition, photographies, textes et objets formeront un recueil qui invite à quitter les espaces personnels pour s’offrir aux regards d’un public.

 

M.SeccicSuzanneHetzel.JPGObjetTrouvecSuzanneHetzel.JPGChezM.SeccicSuzanneHetzel.JPG

 

Martine Derain, photographie, super 8, édition

…et direction/coordination de ce Quartier créatif. Comme toujours, je suis partie dans tous les sens : des photographies, des gens et des lieux, au fil du temps et sans préméditation, des super 8, films de famille, avec les artistes et les habitants de la cité, et ce journal de bord édité en fin d'année, non comme point final d'une expérience passionnante, mais comme outil.

 

JordancDerain.jpg

Jordan

FouedcDerain.jpg

Foued

SamicDerain.jpg

Sami

 

Quartier créatif de l'Abeille / production Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture ­avec le soutien financier du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER), de Marseille Provence Métropole, de la Ville de La Ciotat, de l'Acsè et de la Caisse des Dépôts et Consignations

 

bande-logosNew.jpg

Partager cet article

Published by editionscommune
commenter cet article

commentaires